Paul Mallez voit la vie en Bleu!

SÉLECTIONNÉ EN ÉQUIPE DE FRANCE U 16
Paul Mallez voit la vie en Bleu
Après avoir intégré le pôle espoir de Dijon, le Mussipontain
Paul Mallez, également passé par le RC Metz-Moselle,
s’apprête à faire ses premiers pas avec les U 16 de l’équipe de
France. Sans s’affoler.
Paul Mallez, de la première ligne de Pont-à-Mousson à celle de l’équipe deFrance U16.

La nouvelle a fait la fierté du RC Pont-à-Mousson. Pour la deuxième fois en deux ans, le club lorrain a appris la sélection d’un de ses joueurs en équipe de France U16. Après Aubin Raveau, c’est Paul Mallez, l’enfant du club, qui a été appelé pour participer au festival de Sainte-Tulle, du 5 au 13 avril.
Les Bleus affronteront notamment l’équipe U17 d’Italie. « Je ne
m’y attendais pas vraiment , avoue le première ligne. Ça trottait un peu dans ma tête mais c’était comme un rêve pour moi. »

Les entraîneurs qui l’ont vu grandir du côté de l’Île d’Esch semblent moins surpris. « Déjà en U13, il était hors-norme , se souvient le directeur sportif, Benjamin Martin. On avait rarement vu un gamin aussi impressionnant physiquement. À 15 ans, il faisait déjà plus de 100 kilos ! Il avait aussi des qualités techniques et une bonne mentalité. Ça ne m’étonne pas de voir ce qui lui arrive. »
Paul Mallez a baigné dans la culture rugby. Une passion qui se transmet de père en fils. Le grand-père était un responsable du Stade Dijonnais, le père dirige l’école de rugby du RC PAM et, à 8 ans, les trois frères Mallez faisaient leurs premiers plaquages avec les U9. Paul, le cadet de la fratrie, accroche très vite. L’ambiance conviviale du club lui plaît et le pilier trouve dans ce sport le défouloir dont il a besoin. Il vibre aussi devant les exploits
du Stade Toulousain dont l’écusson recouvre jusqu’aux draps de son lit.
Plutôt calme au quotidien, Paul Mallez est un vrai leader sur le terrain, rapidement promu capitaine en équipes jeunes sous les couleurs mussipontaines ainsi qu’en sélection régionale. « C’est un guerrier. Il n’a peur de rien et montre l’exemple, affirme Luka Dzagnidze, son coéquipier en équipe Alsace-Lorraine. Je me souviens d’un match contre les Flandres où Paul marque alors qu’on est largement mené. Après son essai, il criait sur le terrain pour nous donner envie d’en marquer encore plus. »

UN INSTINCT DE LEADER
Après une année de tutorat au RC Metz-Moselle avec lequel il atteint les demi-finales du championnat de France Teulière (une première pour le club), Mallez rejoint le Pôle Espoirs de Dijon en septembre 2016. Le niveau est plus relevé et Paul Mallez doit se faire violence pour entrer dans les normes. « J’avais un programme pendant l’été avec un objectif de poids , explique l’intéressé. On en a beaucoup bavé, jusqu’au point,
parfois, de vomir. Mais c’était tellement important que j’ai tout donné. »
À présent, le jeune homme continue sa progression à Dijon, là où un certain Morgan Parra a fait ses classes. Son programme ? Séances de musculation à 6 h, entraînements, cours de seconde et sorties avec ses vieux potes de Nancy pour un cinéma, un paintball ou un karting.
À 16 ans, il sait que cette sélection en Bleu ne lui promet pas une carrière professionnelle. « Le plus dur reste à venir, c’est pour ça que j’essaie de parler avec le plus de joueurs possible. Pour savoir comment ils ont trouvé un club et comment se passe leur intégration. » Un comportement qui témoigne d’une étonnante maturité. Au-delà du talent, c’est peut-être cette force-là qui lui permettra de transformer l’essai.
Fausto MUNZ. Républicain lorrain
Photo Gaël BEAUVERGER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

a5fe0f0e163e808285222082518b7259666666666666666666666666666